Sélectionner une page

 

Il existe différents types d’infections virales qui touchent principalement les enfants. Une maladie infantile est pourtant difficile à gérer par les parents lorsque l’enfant souffre de maux de tête, d’un mal de gorge ou des douleurs abdominales. Certaines de ces affections sont quand même bénignes. Tel est le cas du fameux syndrome pied mains bouche. Cette infection virale est sans gravité. Cependant, elle est très contagieuse et favorise l’inconfort chez les jeunes enfants. Pour mieux comprendre ce syndrome et l’éviter, découvrez l’essentiel dans cet article. 

 

Qu’est-ce que le syndrome pieds-mains-bouche ?

 

Le syndrome pieds-mains-bouche fait partie des infections virales les plus courantes. Cette infection est contagieuse et peut être transmise d’une personne à une autre. La maladie pieds mains bouche touche particulièrement les enfants et se caractérise par la présence des petites vésicules ou des petites cloques, notamment au niveau de la bouche et des extrémités. Comme elle est contagieuse, la transmission du virus se fait par contact direct ou à travers la salive. 

 

Une maladie infantile bénigne

En général, il s’agit d’une infection cutanée et virale. Elle est due à plusieurs virus qui appartiennent à la famille des Coxsackievirus. Le virus responsable de cette maladie contagieuse provoque ainsi des rougeurs, de la fièvre, des toux et même des maux de tête chez les personnes infectées. Une personne infectée peut transmettre rapidement le virus à ses proches étant donné que la contamination s’effectue d’une manière rapide. Les infections cutanées peuvent se manifester de différentes façons selon le type de virus. Pour le syndrome des pieds et des mains ainsi que de la bouche, il provoque tout simplement de l’inconfort pendant une dizaine de jours ainsi que des douleurs sur certaines zones du corps. 

 

Une maladie provoquée principalement par le virus Coxsackie A16

Le syndrome pied mains bouche est généralement causé par un virus du nom de Coxsackie A16. Ce virus appartient à la famille des entérovirus. Ces derniers sont les principaux responsables des fréquentes maladies chez les enfants et les adultes. Ils provoquent ainsi :

  • une fièvre isolée ;
  • des maux de gorge ;
  • des symptômes respiratoires ;
  • des douleurs des pieds et des mains ;
  • une méningite virale ;
  • autre symptôme important.

 

Une pathologie différente de la varicelle

Il ne faut pas confondre le syndrome pieds, mains et bouche et la varicelle. Il existe une légère différence entre ces deux types d’infections cutanées. Pour le syndrome pieds-mains-bouche, l’éruption cutanée touche principalement : 

  • les paumes des mains ;
  • les plantes des pieds ;
  • la bouche.

Cela se manifeste par des boutons rouges, des lésions cutanées et des lésions buccales

 

Quel est le symptôme caractéristique de la maladie ?

 

Le virus se transmet par contact direct et indirect et les premiers symptômes sont visibles rapidement. Il est possible de soulager les signes à condition de ne pas confondre le syndrome pied main bouche à d’autres pathologies courantes comme la fièvre, la toux ou la grippe. 

 

Les signes à ne pas négliger

Lorsqu’un enfant a contracté le virus, il peut subir certains malaises. En effet, cette maladie se manifeste par différents symptômes comme : 

  • une irritation de la gorge ;
  • des maux de tête ;
  • une perte d’appétit ;
  • de la toux ;
  • de la fièvre ;
  • le nez qui coule.

La personne atteinte de ce virus peut aussi avoir une diarrhée, des boutons rouges dans la bouche et des vomissements. Ces boutons sont très douloureux et irritent certainement la gorge. La maladie se manifeste aussi par de petites cloques visibles :

  • sur la plante des pieds ;
  • sur la paume des mains ;
  • sur les fesses.

Cependant, dans la plupart du temps, les vésicules apparaissent sur toutes les zones du corps. 

 

Les différents signes d’urgence

Même si cette maladie est bénigne, les symptômes peuvent évoluer rapidement. Cela dépend de la capacité de la personne à supporter les douleurs. Ils peuvent évoluer en différentes manières : 

  • un vomissement à intervalles rapprochés ;
  • une respiration trop rapide ;
  • des maux de gorge trop importants et une perte d’appétit ;
  • un mal de tête avec des raideurs dans le cou ;
  • une somnolence ou une perte de vigilance.

L’enfant peut subir des convulsions et peut aussi présenter des signes de déshydratation. Si l’état du petit s’aggrave, il va falloir consulter un médecin de toute urgence.

 

Comment la maladie mains pieds bouche est-elle transmise ?

 

Cette pathologie infantile peut contaminer ceux qui sont en contact direct avec l’enfant. Il est donc important de prendre certaines précautions lorsqu’on prend soin de lui au quotidien. On doit garder en tête que l’enfant souffre beaucoup durant cette période. Cependant, la durée de la maladie ne dépasse pas une semaine à moins que son état ait évolué. 

 

Le mode de transmission de la maladie contagieuse

L’apparition des boutons chez une personne infectée commence immédiatement après contamination. Il s’agit des petits boutons rouges situés au niveau des pieds, des mains et de la bouche qui provoquent des brûlures et des démangeaisons.  La transmission du virus se fait :

  • par la salive des personnes atteintes par le virus ;
  • par le liquide qui provient des lésions cutanées ;
  • par les selles des personnes infectées ;
  • par les sécrétions nasales et les gouttelettes respiratoires.

Le virus se transmet également par les éternuements et la toux des enfants malades, par les objets contaminés et l’eau d’une piscine. Ou bien, lorsqu’on met la main sur la bouche de l’enfant. Pour mieux soulager les symptômes, il est important de les connaître et de bien observer l’état des mains et des pieds ainsi que de la bouche. Cette malade se propage le plus souvent dans une garderie ou dans une crèche.  

 

La durée de la maladie

Lorsque l’enfant attrape le virus, il guérit en une semaine. Il est possible que les lésions de la bouche persistent pendant plusieurs semaines. Cependant, les vésicules situées dans les régions du corps disparaissent progressivement, soit de 4 à 7 jours et peuvent se prolonger jusqu’à 10 jours ou plus. Notons que cette pathologie virale est répandue chez les enfants de moins de 10 ans. Elle est fréquente chez les petits de 6 mois à 4 ans. Il est quand même possible d’éviter cette infection virale en adoptant des règles d’hygiènes strictes. 

 

La période de contagion 

Chez l’enfant affecté, la période de contagion est de 7 jours en général. Même si certains signes ne sont pas encore visibles, il peut être contagieux. Le virus reste dans les selles pendant plusieurs semaines, voire plusieurs mois. Il peut contaminer les autres lorsqu’il a le nez qui coule ou lorsqu’il tousse. 

 

Les périodes d’incubation et de retrait

La période d’incubation est généralement de 3 à 6 jours. Lors de la période de retrait, l’enfant peut reprendre ses activités quotidiennes et même se rendre à la crèche.

 

Quand consulter ?

 

Même si l’infection est sans danger pour le petit, il peut toujours y avoir des complications. En général, on doit consulter un pédiatre : 

  • pour demander des conseils ;
  • suivre un traitement ;
  • aider l’enfant à soulager sa douleur ;
  • aider l’enfant à se sentir bien durant cette période.

On peut consulter un pédiatre selon l’état du petit ou lorsqu’il contracte pour la première fois cette maladie. Un médecin pourra toujours donner quelques instructions pour accélérer rapidement sa guérison

 

Consultez dès les premiers symptômes

Les premiers signes de cette infection sont souvent trompeurs, car il peut s’agir de la fièvre, des toux ou de la grippe. En général, lorsqu’un enfant se trouve dans des états grippaux, on lui donne un paracétamol ou un doliprane. La plupart du temps, si son état évolue, on lui fait prendre un anti-inflammatoire. Or l’automédication est déconseillée pour les enfants de moins de 10 ans. Il est toujours indispensable de consulter. D’autre part, on peut toujours attendre l’évolution de la fièvre ou des toux. Dès la première apparition des boutons rouges, on doit consulter immédiatement. 

 

Consultez dans le cas d’une complication

On ne doit pas exclure cette possibilité. Si son état s’est aggravé, il est important de réagir vite. L’enfant peut souffrir : 

  • d’une forte déshydratation ;
  • d’une fièvre difficile à faire baisser ;
  • des convulsions ;
  • d’un manque d’appétit sévère.

Les complications les plus fréquentes concernent la méningite virale ainsi que l’encéphalite. Dans des cas plus rares, cela conduit au décès de l’enfant quand il souffre d’une hémorragie pulmonaire ou un œdème. Ainsi, on doit consulter très tôt pour éviter que l’enfant souffre davantage et finisse par se déshydrater. Pour l’aider à bien s’hydrater, il est conseillé : 

  • de lui appliquer un analgésique oral et sans Benzocaïne avant le repas ;
  • de lui donner une préparation de glaçon mélangé avec une solution d’électrolytes ;
  • de lui préparer une compote de fruits à mélanger avec de l’eau.

 

Consultez  pour soulager son inconfort

En général, il n’existe ni antibiotique ni vaccin pour traiter cette pathologie. Néanmoins, prendre un rendez-vous chez le médecin pourrait être bénéfique pour soulager son inconfort. Il pourra donc recommander quelques conseils :  

  • lui donner de l’acétaminophène pour soulager sa douleur et faire baisser la fièvre ;
  • faire un bain de bouche avec de l’eau salée afin de soulager les maux de gorge ;
  • faire en sorte que l’enfant boive beaucoup d’eau ou de lait et non des jus acides ;
  • lui préparer des compotes, de la crème glacée ou du yaourt ;
  • soulager de façon naturelle certains symptômes comme la diarrhée.

 

Consultez pour prévenir la maladie

À titre préventif, le médecin peut aussi recommander certaines précautions : 

  • l’enfant doit se laver les mains régulièrement avec du savon et de l’eau ;
  • les personnes qui sont en contact avec l’enfant doivent aussi se laver les mains ;
  • il faut laver les surfaces et faire une désinfection des objets et des lieux.

On peut, en effet, prévenir cette pathologie en suivant des mesures d’hygiène spécifiques.